Gestion Durable de la Ressource en Eau des îles Loyauté
L'agriculture à Lifou
Agrandir (22 Ko)
Les Exploitations Agricoles en 1999
   
Exploitations : Vivier, maraîchages, vergers
     
Irrigations : Régulières / Occasionnelles
     
Epandages : Fertilisants / Lisier

La carte présente les exploitations agricoles à vocation commerciale, de superficie supérieure ou égale à un demi hectare, susceptibles, par des pratiques d´épandage et/ou d´irrigation, d´affecter la ressource eau. L´accent a été mis sur ces exploitations car elles sont, par leur extension, plus consommatrices d´eau pour l´aspersion ou l´irrigation et potentiellement plus productrices (vis-à-vis de la nappe) de polluants chimiques et organiques, même si les quantités utilisées restent dans l´ensemble faibles et le plus souvent irrégulières quant à leur distribution dans le temps et dans l´espace. Ces exploitations peuvent néanmoins être amenées à se développer et à s´étendre et il convenait de les localiser par rapport à la nappe et aux forages. Cependant chaque famille de Lifou cultive la terre, au moins pour l´igname Expliquer ce mot, et possède un ou plusieurs champs sur lesquels un épandage organique ou chimique et un arrosage peuvent être pratiqués. A l´échelle de l´exploitation familiale, les quantités d´intrants Expliquer ce mot et les prélèvements en eau sont aujourd'hui trop faibles pour présenter a priori un quelconque risque pour la nappe.

Les exploitations ont été positionnées à partir de la carte IGN Expliquer ce mot au 1:25 000 et des enquêtes de terrain.

Leur taille est comprise entre 0.5 et 6 hectares, mais la plupart font entre 1 et 3 hectares. Au total, 20 exploitations ont été recensées.

Deux types de cultures ont été distingués :

Les vergers (d´avocatiers, bananiers pour la plupart)

Les cultures maraîchères et les cultures vivrières Expliquer ce mot, associées ou non.

Agrandir (61 Ko) Fig. 1 - Exemple de culture vivrière et de culture maraîchère associée, ici à Kumo

Constat :

L´irrigation et l´aspersionsont encore souvent occasionnelles, fonction des contraintes imposées par le climat. L´exploitation indiquée sur la carte comme pratiquant régulièrement l´irrigation est la culture de salades hors-sol qui utilise en réalité peu d´eau car celle-ci est recyclée en circuit fermé. Compte tenu de ce cas particulier, on doit retenir que dans l´ensemble, aucune exploitation agricole de Lifou ne pratique la culture irriguée en permanence. Le principal mode d´alimentation en eau est l´aspersion occasionnelle.

Les engrais utilisés dans ces exploitations sont de type chimique et organique sans que l´on puisse en connaître les proportions. Le lisier de porcs ou de bovins est la principale source d´engrais organiques. Concernant les pesticides Expliquer ce mot et herbicides utilisés, aucune information n´a pu être obtenue à ce jour. Pour ce qui concerne les engrais chimiques importés annuellement sur Lifou, les chiffres suivants ont pu être obtenus auprès de la Chambre d´agriculture :

Ventes d´engrais sur Lifou :

2001 - 1160 Kg (dont 560 kg de 13-13-21, 200 Kg de 17-17-17 et 40 Kg de sulfate de potasse).
1998 - 3 380 kgs (dont 960 kgs de 17.17.17, 760 kgs de 13.13.21, 640 kgs de sulfate de potasse…)
1997 - 1 500 kgs (dont 1 000 kgs de 13.13.21 et 500 kgs de 17.17.17)
1996 - 20 450 kgs (dont 12 280 kgs de sulfate de potasse, 2 680 kgs de 17.17.17, 2 700 kgs de 13.13.21)

Après le développement important du secteur de l´agriculture commerciale des années 1970, les agriculteurs de Lifou ont pris conscience des dangers que pouvait représenter l´utilisation abusive d´engrais chimiques et de pesticides Expliquer ce mot. Aujourd´hui ils sont peu nombreux à en utiliser et toujours de façon modérée (soit de manière irrégulière et en petite quantité ou régulièrement avec les conseils de techniciens spécialisés). Le travail de terrain de la MFR (Maisons Familiales Rurales) et d´autres Associations qui s´attachent à conseiller les agriculteurs en matière de pratiques agricoles, est essentiel et porte ses fruits. Au cours des entretiens et enquêtes menées, les agriculteurs ont montré une forte conscience environnementale quant à la question de l´eau, cherchant toujours à savoir quels impacts sur la nappe leurs activités pouvaient avoir. La demande est forte, l´information et la formation auront semble-t-il un terrain très réceptif.

Aujourd´hui, les îles tentent de redynamiser le secteur agricole qui connaît un certain essor avec des pratiques parfois originales, voire "écologiques" telle la culture hors-sol de salade pratiquée à Hmeleck ou la production de vanille lancée à partir de Mucaweng. Le marché aux fruits et légumes qui a lieu deux fois par semaine sur Lifou proposant uniquement les produits de ces exploitations est la meilleure illustration de ce dynamisme même si la production actuelle dans son ensemble ne suffit pas à satisfaire la demande locale. Les agriculteurs souhaitent développer des cultures spécialisées pour le marché de Nouméa. L´extension des surfaces cultivées ne peut donc que s´amplifier à court et moyen terme.

Les risques :

Les risques de contamination et de pollution de la nappe par des produits chimiques et organiques provenant des activités agricoles paraissent aujourd´hui faibles vues les quantités d´intrants Expliquer ce mot utilisés. Il faut toutefois rester attentif aux pratiques en la matière des exploitations à proximité d´un forage.

Les risques de Expliquer ce mot surpompage d´un forage agricole à fins d´aspersion et/ou d'irrigation sont par contre plus importants, notamment en cas de sécheresse et peuvent conduire rapidement à une salinisation des sols.

Recommandations :

Un suivi systématique des exploitations supérieures à un demi hectare et surtout des pratiques agricoles devrait être organisé..

Un contrôle rigoureux des entrées sur l´île et un suivi des quantités de produits chimiques à destination agricole devrait être accompagné d´un renforcement des actions d´information et de conseil menées par des techniciens ou moniteurs agricoles.

Le respect strict des zones de protection autour des forages doit être garanti.

Les études préconisées concernant les vitesses d´infiltration et le degré de filtration des sols et du substrat en général devraient tester la vitesse et l´aire de propagation des intrants Expliquer ce mot et leurs impacts (engrais, herbicides, pesticides Expliquer ce mot, etc.).

Inciter les agriculteurs et chaque famille travaillant la terre à pratiquer le compostage.

ADAGE SHE - C.J.

Contacts : Chef de programmeWebmaster Haut de page Dernière mise à jour : 16 août, 2004
Ministère des DOM TOM