Gestion Durable de la Ressource en Eau des îles Loyauté
Les carrières et les cimetières
Les Carrières

En tant que telles, les carrières ne représentent pas un danger pour la ressource eau, tant que leur fond ne touche pas le toit de la nappe. Cependant, une fois inexploitées, elles sont très souvent utilisées comme lieu de décharge de déchets, ménagers ou lourds, dont les lixiviats peuvent très rapidement polluer la nappe puisque l´épaisseur du substrat filtrant est réduite. Leur existence facilite un accès direct à la nappe en cas de pollution massive accidentelle ou non. .

Les carrières représentées sur la carte ont été recensées à partir de la dernière carte IGN Expliquer ce mot de Lifou de 1986 et à partir des observations sur le terrain. Ces dernières n´ont cependant pas pu être exhaustives et des changements survenus depuis 1986 ont pu modifier certaines interprétations. Leur positionnement reste par ailleurs à géoréférencer.

Recommandations

Mise à jour des sites de carrières et de leur utilisation. Géoréférencement .

Evaluation de leur volume et surtout de leur profondeur maximale et mise en relation avec le niveau du toit de la nappe.

Les Cimetières

Les cimetières représentent une menace certaine de contamination bactériologique grave de la nappe. Le risque de contamination par les lixiviats provenant de la décomposition des corps est proportionnelle à la taille du cimetière (nombre de tombes) et au lessivage par les eaux d´infiltration. Autrement dit, le risque croît avec la quantité et l´intensité des pluies et est donc plus élevé en saison pluvieuse.

Hormis les tombes et cimetières de famille situés sur les parcelles même des habitations, pratique coutumière qu´il conviendrait de changer, tous les cimetières de l´île ont été recensés et géoréférencés. Le nombre de tombes de chaque cimetière a été enregistré en avril 1999.

Aucun forage ou captage ne doit se situer ou être autorisé à moins de 300 mètres des cimetières actuels ou anciens (qu´ils soient tribaux ou familiaux). Cependant on a recensé plusieurs cimetières (Mucaweng, Tingeting, Kedeigne....) situés dans cette zone de sécurité des 300m autour d´un forage. Ceci ne veut pas dire que l´eau captée soit obligatoirement polluée ou contaminée, car rappelons-le, le forage ne prélève l´eau que dans un cône de quelques mètres de diamètre, mais le risque existe.

Recommandations

Prendre des mesures d´urgence pour garantir la potabilité des eaux captées par un forage proche d´un cimetière. Réaliser rapidement une étude fine quant à la contamination des eaux de forage en relation avec les cimetières voisins, mais aussi avec toute activité humaine à risques.

Recenser les puits utilisables ou non et les situer par rapport aux tombes et cimetières existants.

Recenser avec précision les tombes et cimetières de famille sur toute l´île.

Légiférer pour interdire toute inhumation ailleurs que dans les cimetières municipaux.

Légiférer en la matière

Dans les Iles Loyauté, de nombreuses carrières sont ou ont été exploitées pour l’extraction des matériaux nécessaires aux travaux publics, aux bâtiments ou à la voirie . Ces carrières ne représentent pas de danger pour la ressource en eau, tant que leur fond n’atteint pas le toit de la nappe. Cependant, les sites aujourd’hui abandonnés sont propices au dépôts de déchets divers dont les lixiviats peuvent très facilement affecter la nappe puisque l’épaisseur du substrat filtrant est réduite. La carrière de Hmeleck notamment abrite quelques centaines de fûts de goudron ayant servi à l’asphaltage des routes. Certains de ces fûts rouillés sont encore pleins et laissent s’échapper de petites nappes de goudron qui s’écoulent à même la roche et s’introduisent dans les fissures. La situation est d’autant plus critique que certaines carrières se trouvent à proximité immédiate des points de forages .

Consciente des problèmes engendrés par ces friches, la Province des Iles a initié un programme de réhabilitation des carrières. La première phase de travail a consisté, en 2001, à inventorier et à décrire l’ensemble des sites . Les enquêtes effectuées sur le terrain font apparaître que 85% des carrières sont actuellement abandonnées, alors que 1% seulement ont été réaménagées. Environ 20% des sites visités sont l’objet de dépôts de déchets occasionnels ou réguliers. Le second volet du programme consiste à étudier les conditions de réaménagement des sites, définies par ordre de priorité en fonction de l’état d’activité et de l’impact environnemental de chaque carrière .

Le domaine de la réglementation des carrières, qui figure au nombre des compétences provinciales , souffre d’un vide juridique important. La Province des Iles Loyauté n’a adopté aucune délibération en la matière et demeure soumise aux dispositions d’un texte de 1913 . Cette réglementation ancienne soumet à déclaration l’exploitation des sites de carrières mais ignore la dimension environnementale des projets.

Le service environnement de la Province des Iles prépare actuellement une modification de la nomenclature ICPE pour y intégrer les carrières. A l’image du système métropolitain, ces installations pourraient ainsi faire l’objet d’un contrôle renforcé. La création d’une commission provinciale des mines et des carrières, consultée sur les demandes d’autorisations, est aussi prévue. Enfin, la définition d’un « schéma provincial des carrières », inspiré des schémas départementaux, est perçu comme un outil indispensable à une gestion durable de l’environnement. La modification du régime ICPE applicable dans la Province des Iles devrait rendre obligatoire cette planification.

Extrait du rapport de stage de Céline Massenavette

Localisation des cimetières et des carrières sur Lifou


Agrandir (25 Ko)
Les cimetières-1999 et les carrières-1986
   
Cimetières
   
Carrières (exploitées et anciennes)
   
Forages
   
Secteurs à risque
Le secteur de Wé


Contacts : Chef de programmeWebmaster

Dernière mise à jour : 20 septembre, 2004
Ministère des DOM TOM