Gestion Durable de la Ressource en Eau des îles Loyauté
Le surpompage

Conséquences d'un surpompage
sur la lentille

Les actions de pompage dans un lieu donné entraînent un certain nombre de conséquences sur la nappe. La surface piézométrique Expliquer ce mot va se déformer de même que le contact basal entre l´eau douce et l´eau salée au niveau de la zone de transition (cf. GHYBEN-HERZBERG Expliquer ce mot), engendrant un risque d´augmentation de la conductivité de l´eau de la relation (sursalure). Il est donc nécessaire et même impératif de respecter les débits d´exploitation préconisés par l´ensemble des études menées par A2EP sur l´île de Lifou.

Les différents débits d´exploitation ont été calculés en fonction de la relation de GHYBEN-HERZBERG Expliquer ce mot afin d´éviter des remontées d´eau de mer trop importantes au niveau du forage, en phase de pompage. La relation de GHYBEN-HERZBERG Expliquer ce mot qui régie l´existence et le comportement hydrodynamique de la lentille d´eau douce de Lifou se vérifie en effet en phase d´exploitation de la nappe. La dépression de la surface piézomètrique Expliquer ce mot qui se crée lors du pompage se traduit par la remontée de l´interface eau douce/eau salée à la verticale du forage en exploitation. La forme de la remontée est grossièrement celle d´un doigt de gant.

La forme du cône de rabattement et la position du niveau dynamique dans l´ouvrage dépendent directement du débit du pompage et des caractéristiques de l´aquifère Expliquer le mot (porosité, coefficient de perméabilité....) dans la zone d´influence du pompage.

Dans le cas de Lifou, les études ont montré que le diamètre maximal du cône de dépression était de l´ordre d´une dizaine de mètres, ce qui veut dire que l´on peut réaliser deux forages relativement près l´un de l´autre à condition de respecter les débits d´exploitation préconisés pour la zone considérée. Dans le cas de Lifou, la distance retenue est de 200 mètres.

Pour éviter les risques d´augmentation de la conductivité dans les forages (l´eau devient saumâtre) liés à la surexploitation d´un forage, il suffit de respecter les préconisations d´exploitation et si la ressource devient insuffisante, la solution technique est simple, mais onéreuse : il faut implanter un forage complémentaire respectant les débits d´exploitation préconisés.

Pour connaître l´évolution de la conductivité dans les forages et se prémunir contre les risques de contamination par l´eau de mer, des contrôles physico-chimiques de la qualité des eaux sont régulièrement effectués par la société A2EP. La surexploitation des pompages est, dans l´absolu, d´autant plus sensible que l´épaisseur de la lentille est faible. C´est le cas dans les zones littorales où l´épaisseur de la lentille d´eau douce est réduite à Lifou. C´est donc la zone la plus vulnérable de l´île, mais c´est également celle ou vit la plus grande partie de la population de Lifou. Les risques de contamination par le sel sont donc grands et le respect des consignes d´exploitation doit y être scrupuleusement observé (zone vulnérable des cartes A2EP).

Agrandir l'animation (84 Ko)


Contacts : Chef de programmeWebmaster

Dernière mise à jour : 16 août, 2004
Ministère des DOM TOM