Gestion Durable de la Ressource en Eau des îles Loyauté
Répartition de la population
Agrandir (14 Ko)
Répartition de la population à Lifou en 1996
   
Nappe phréatique la moins épaisse
   
Nappe phréatique la plus épaisse
   
Cercles proportionnels au nombre d'individus

Population et Démographie

A l´échelle d’une île comme Lifou (1150km2) qui n´affiche une densité moyenne de population que de 8,4 habitants au kilomètre carré avec une population permanente de 9614 personnes (R.G.P. 1996, ITSEE Expliquer ce mot sans la population de l'île de Tiga), la pression démographique sur le milieu et sur la ressource reste très faible comparée à celles d’autres îles du Pacifique telles que Guam, Tahiti ou Oahu. En dépit d’une assez faible croissance démographique de 1,82% par an sur les quarante dernières années, l´inégale répartition de la population, l’extension des surfaces occupées, la multiplication des infrastructures consommatrices d´eau, l´accroissement des besoins et de l´équipement des ménages, le développement du tourisme sont cependant autant de facteurs qui augmentent les prélèvements de la réserve eau et qui multiplient les rejets pouvant affecter la nappe phréatique Expliquer ce mot . Au rythme de croissance annuelle moyenne de 1,82% par an, la population de Lifou doublera dans 40 ans.

Répartition de la population

Lifou, rappelons-le, est un ancien atoll soulevé, sans relief marqué autre que quelques falaises de l´ancienne couronne ceinturant de façon discontinue la cuvette centrale.
La population n´est ainsi pas distribuée de façon uniforme sur l´île pour des raisons historiques, qu´il conviendrait d´analyser plus en détail, mais également pour des raisons géographiques et socioculturelles :

d´une part, bien qu´îlienne, voire archipélagique, la culture kanak n´est traditionnellement pas tournée vers la mer et les populations, qui ne tirent le plus souvent de l´océan que des ressources complémentaires, ne sont pas forcément installées en bord de mer.

d´autre part, les sections de côte à falaise de Lifou ne se prêtent pas à une installation humaine aisée et rares sont les tribus établies sur ce type de côte (Jokin au Nord, Xodre au sud).

Le littoral sud et sud-ouest, le pourtour central de la Baie du Santal et la péninsule nord-ouest sont ainsi totalement vides d´habitat permanent.

Des 9614 habitants de l´île, on peut noter que 57% de la population est installée sur une bande littorale de 1km de large, généralement là où la côte est accessible, au nord et au sud de la Baie du Santal et, de la Baie de Chateaubriand au centre-est, à Xodre au sud-est. Les 4100 autres résidents de Lifou sont à plus d´un kilomètre de la mer.

Le secteur le plus peuplé, le pôle de Wé, regroupe quatre tribus et concentre les activités les plus importantes de l´île (port, administrations, enseignement, tourisme). Sa population résidante atteint pourtant à peine 1616 habitants en 1996.

Remarques relatives à la ressource eau :

72% de la population (environ 7000 habitants) est installé sur la zone périphérique de nappe la plus mince et donc la plus vulnérable face aux activités humaines.Ce fait entraîne des contraintes particulières de gestion de l´eau :

d´alimentation par forages à partir de la nappe centrale plus éloignée, ce qui augmente la longueur du réseau d´adduction et son coût d´installation et d´entretien ;

de protection de la nappe périphérique contre les émissions et rejets polluants.

ADAGE SHE - C.J.

Contacts : Chef de programmeWebmaster Haut de page Dernière mise à jour : 16 août, 2004
Ministère des DOM TOM