Gestion Durable de la Ressource en Eau des îles Loyauté
Aspects Géologiques
Contexte Régional Carte Géologique Coupe Nord/Sud Carte Pédologique Localisation de la
Ressource
 
Modèles 3D
 

Carte géomorphologique de l'île de Maré.



Agrandir (80 Ko)

Carte des reliefs de Maré



Agrandir (190 Ko)

Carte de classification des
formations géomorphologiques

 L'île est constituée de deux ensembles géomorphologiques nettement individualisés :

Situé au sud ouest de l'île, le cap Wabao est une butte témoin détachée de la couronne récifale qui permet de voir l'étagement des différents niveaux de falaises calcaires constituant cet ensemble ; à la base, la formation à rhodolithe surmontée par les formations récifale à madrépores (coraux). Dans le quart sud-est &agrav; nord-ouest, l'ancienne barrière récifale est assez élevée et continue, contrairement au secteur de La Roche, sur la côte nord-est, où elle moins haute et plus discontinue.

cap Wabao  Agrandir (137 Ko)

Vue du cap Wabao
(région de Tadine)

Agrandir (143 Ko)

Le "Titi" de la Roche

Dans le secteur sud-ouest, les interruptions du bourrelet sont rares (Tadine, Awi, etc.) et de dimensions réduites. A l’inverse, dans la moitié nord-est de Maré, le bourrelet est largement discontinu et d’altitude toujours inférieure à 100 m. En arrière de la baie de l’Allier, cette discontinuité se traduit par la présence de buttes (faros) nettement séparées les unes des autres. La plus célèbre et typique est celle du Titi de La Roche qui domine le village du même nom.


Les formations géologiques à l'affleurement sur Maré.


Agrandir (143 Ko)

Carte géologique de Maré

 En l'attente de l'édition de la carte géologique au 1/50 000 de Maré (levé en cours du B.R.G.M.), le travail de D. Carrière (1987) est le document le plus récent et le plus détaillé pour décrire les formations géologiques de l'île. Les textes et illustrations présentés dans cette description du contexte géologique s'y réfèrent directement et sont complétés par les observations et mesures des partenaires de l'axe SAGEOL du programme SAGE.


 Mis à part les roches volcaniques trouvées de longue date sur les sites de Rawa et Peorawa, dans la partie centrale de l'île (Grundemann, 1870), les formations à l'affleurement sur Maré sont essentiellement des calcaires et des dolomies. Au sein de ces roches sédimentaires carbonatées, on distingue, trois grands ensembles de roches :

 Le premier ensemble, la " formation à rhodolithes ou katcha", couvre environ un tiers de la superficie de l'île, essentiellement dans la moitié nord-est de Maré. Elle affleure, sous une forme géométrique grossièrement triangulaire dans la dépression centrale et sur les falaises littorales entre La Roche et Dranine. Autour du pointement volcanique de Rawa, le faciès à rhodolithes est relayé localement par une formation récifale frangeante calcaire. Au sud-ouest de l'île, elle est présente sous la forme d'affleurements de taille réduite (décamètrique) sur les sites de Tadine, Rô et Thogone. La formation à rhodolithes est pétrographiquement constituée par des dolomies.

Agrandir (264 Ko)

Les falaises de la formation à rhodolithes
autour de Wakoné

La cote nord est de l'île notament dans la région de Wakoné, est bordée par des falaises, hautes d'une trentaine de mètres, constituées d'un calcaire à rhodolithes qui descendent abruptement dans l'océan.


Rhodolithes ; les formes observées à Maré sont composées d'un nucleus bioclastique et d'encroûtements alguaires (rhodophycées = algues rouges) plus ou moins concentriques et souvent associées à de grands foraminifères encroûtants (Acervulinidés).


Agrandir (143 Ko)

Détail d"un affleurement
de rhodolithes


 Le second ensemble ou " formation récifale " constitue l'essentiel des roches affleurantes sur Maré. Il comporte deux grands faciès :

Sur le plan minéralogique, les faciès construits sont dolomitiques dans la partie nord-est de l'île où ils culminent à une altitude de 80-90 m. Ils sont, au contraire, calcaires dans la moitié sud-ouest de Maré où ils atteignent 138 m d'altitude.

Les faciès bio-détritiques de la dépression centrale sont dolomitiques au nord-est oú ils sont limités à une mince bande (d'ordre kilométrique) parallèle au trait de côte et en périphérie immédiate de la couronne récifale qui les borde vers l'est. Dans la partie sud-ouest de l'île, ces mêmes faciès ont une extension vers le centre de l'île beaucoup plus significative puisqu'elle peut atteindre 15 km. Leur minéralogie est hétérogène. Ils sont dolomitiques jusqu'à des altitudes de 65-70 m et calcaires pour des altitudes supérieures. Ils se situent alors à proximité de la couronne périphérique.

 Vue prise depuis le sommet du "Titi" de La Roche en direction du sud-est, montrant l"étendue du plateau intérieur de l'île. Au fond, les falaises de la couronne extérieure bordant l'horizon.

Agrandir (264 Ko)

Le plateau intérieur de Maré
en direction du sud-ouest

 Le troisième et dernier ensemble correspond aux " formations plaquées ". Sur le plan minéralogique, il s'agit de calcaires coralliens correspondant à des récifs frangeants formés lors des derniè transgressions marines du quaternaire. Ces calcaires peuvent être construits ou bio-détritiques. Les formations plaquées construites sont de forme lenticulaire. On les trouve sur les pentes externes de l'île et sur la couronne périphérique. Sur cette dernière, elles sont en position externe au sud-ouest de Maré et en position interne au nord-est (Dranine et Cagun). Les formations plaquées biodétritiques sont abondantes dans la moitié sud-ouest de l'île où elles représentent parfois plus de 70 % des formations plaquées.


Agrandir (264 Ko)

Affleurement de calcaire corallien

Exemple de formations coralliennes trouvées à l'affleurement sur Maré. Ces formes anciennes sont très voisines de celles rencontrées actuellement dans le lagon néo-calédonien. Elles sont associées à de nombreux autres types d'organismes ; gastéropodes, échinodermes, lamellibranches (bénitiers), grands foraminifères, concrétions alguaires,...

 La découverte "in situ" de ces différentes formations peut être réalisée en suivant le livret guide de l'excursion géologique proposé au téléchargement:


Coupes géologiques transversales.


Agrandir (143 Ko)

Coupe géologique de la région de tadine

Agrandir (143 Ko)

Localisation des coupes géologiques

Agrandir (143 Ko)

Coupe géologique synthétique

 Ces 3 coupes qui intègrent les résultats des forages réalisées sur l'île, permettent de montrer la géométrie en profondeur des grandes formations sédimentaires présentes à l'affleurement.

 La première coupe est orientée SO-NE (Tadine-Cagun). Elle est très représentative des variations et des asymétries observées dans la répartition des formations géologiques. On y reconnaît :

     la formation à rhodolithes, inclinée vers le NE. La surface durcie sommitale est situé à 60 m à Tadine et à 45 m à Cagun. Elle est creusée en son centre ;

     la formation récifale : elle est plus épaisse vers le sud-ouest. A Tadine, le faciès construit représente une épaisseur de 30 m. A Cagun, elle n'est plus que de 25 m et les faciès biodétritiques se limitent à la proximité immédiate de la couronne.

     les formations plaquées qui montrent également une asymétrie SW-NE ; A Cagun, les faciès construits sont prépondérants et se situent au niveau de la couronne périphérique. A Tadine, les faciès biodétritiques sont très abondants et forment des épandages sur la totalité de la pente externe.

Agrandir (143 Ko)
Coupe géologique sud ouest - nord est :
Tadine - Cagun

  La seconde coupe est orientée S-N (Wabayoce-Péyécé. Elle montre la couronne périphérique à ses altitudes extrêmes (respectivement 65 et 138 m). On distingue :

    la formation à rhodolithes. Elle est inclinée du sud vers le nord (70 m à Wabayoce et 55 m à Péyécé). Elle est creusée en son centre ;

    la formation récifale est : épaisse et calcaire au sud (épaisseur de la couronne = 68 m à Wabayoce) elle est plus réduite et dolomitique au nord (épaisseur de la couronne = 15 m à Péyécé).

    les formations calcaires plaquées qui recouvrent, au nord comme au sud, la quasi totalité de la pente externe.

Agrandir (143 Ko)
Coupe géologique nord-sud :
Wabayoce - Péyecé

  La troisième coupe est orientée NO-SE (Rô-Dranine). Elle est perpendiculaire à l'axe des asymétries. On y reconnaît :

     la formation à rhodolithes, légèrement inclinée vers le SE. Son ampleur est minime par rapport aux coupes précédentes. L'altitude de la surface durcie est de 58 m à Rô et de 50 m à Dranine. Elle est creusée en son centre.

     la couronne construite de la formation récifale qui montre une épaisseur égale aux deux extrémités de la coupe (34 m à Rô et 3l m à Dranine). Le faciès biodétritique du lagon est dolomitique et peu abondant. Il forme une pellicule très mince recouvrant la formation à rhodolithes ;

     les formations calcaires plaquées qui recouvrent la pente externe, presque totalement au NW et localement au SE (falaises subverticales).

Agrandir (143 Ko)
Coupe géologique est-ouest :
Ro-Dranine

Quelques problèmes géologiques posés par Maré.


 Les encoches littorales :

Les photographies ci-dessous montrent une série d'encoches littorales creusées dans les falaises de la pente externe de la couronne périphérique. Comme sur les autres îles Loyauté, ces encoches traduisent l'impact de l'érosion de la mer pendant des périodes suffisamment longues pour creuser la roche. Ces encoches constituent des repères de variations relatives du niveau de la mer au cours des temps géologiques. Elles ont fait l'objet de nombreuses études qui visent à les situer dans le temps pour essayer de les dater. Le problème est complexe car il résulte de la superposition de deux phénomènes :

Agrandir (143 Ko)
Encoche littorale actuelle
cote sud ouest (Cap Washoc)
Agrandir (143 Ko)
Encoche littorale actuelle
cote sud-ouest (Eni)
Agrandir (143 Ko)
Encoche littorale fossile
Agrandir (143 Ko)
Encoche littorale fossile

 La morphologie de type "atoll".

Contacts : Chef de programmeWebmaster Haut de page Dernière mise à jour : 27 septembre, 2004->->
Ministère des DOM TOM