Gestion Durable de la Ressource en Eau des îles Loyauté
Aspects Géologiques d'Ouvéa
Contexte Régional Carte Géologique Coupe Nord/Sud Carte Pédologique Localisation de la
Ressource
    Modèles 3D    

Aspects Géologiques de l'Ile d’Ouvéa.


Agrandir

Carte générale de l’île d’Ouvéa.

 Présentation :

 Ouvéa est la plus septentrionale des Loyauté. Elle est constituée par un chapelet d'îlots disposés selon un triangle de 40 kilomètres de coté, entourant un vaste lagon central. Les terres émergées principales, située à l’est de cet ensemble, sont formée par deux îles, larges de 5 kilomètres environ, reliées par un isthme d’une largeur parfois inférieure à 40 mètres. L'ensemble s’étire sur 35 kilomètres, selon un axe nord-sud. (voir carte générale).

 Le nombre d'habitants se monte à environ 5100, qui se répartissent sur 132 km², soit une densité de population comprise entre 25 et 40 habitants par km², l'une des plus importante des Îles Loyauté.

 L'île principale est divisée en trois districts coutumiers :

     Saint-Joseph, dans la partie nord de l'île principale, au bord du lagon,

     Fayaoué au milieu de l'île sud, sur la côte intérieure

     Mouli à l’extrême sud.

 Deux langues y sont distinctement parlées:

     le Iaï, d'origine mélanésienne, dans le centre et le bord de l'île.

     Le Faga-uvéa, parlé par les descendants des polynésiens, au sud et au nord

 La configuration de l'île est très particulière. Ouvéa, comme ses voisines Lifou et Maré, est formée de constructions calcaires d'origine biologique, surélevées. (voir le contexte géologique régional).

     La base de l'ensemble est vraisemblablement formée de calcaires à rhodolithes (algues rouges calcaires encroûtantes) qui ne viennent pas à l'affleurement ici en raison d'un soulèvement moindre.

     Le sommet de la formation est constitué d'une succession de calcaires coralliens, correspondant à l’ancienne barrière récifale, soulevée progressivement au cours des temps géologiques. Cette barrière constitue la ligne de falaises bordant la côte est. Ces falaises sont entaillées d'encoches marines, témoins d'une histoire géologique tourmentée. (voir la carte géologiques)

 Malgré la surface calcaire inhospitalière et le manque d'humus, l'île est recouverte d'une forêt parfois dense. Le littoral est bordé de cocoteraies exploitées pour le coprah. L'intérieur est couvert de forêts arbustives difficilement pénétrables. Dans les zones basses situées en arrière du cordon littoral, plus marécageuses, se développe une végétation halophile de type mangrove.

 Au niveau hydrologique, l’île est dépourvue de cours d’eau du fait de la porosité de son substrat calcaire. Contrairement à ses congénères, Lifou et Maré, elle ne présente pas de lentille d’eau douce significative en profondeur en raison de sa faible superficie, à l'exception de deux endroits l'un dans la partie sud et l'autre dans la partie nord où des venues d'eau faiblement salée ont été détectées. (voir la ressource en eau).

 Les seules sources d'approvisionnement en eau potable pour les populations, sont l’eau de pluie récoltée dans des citernes (voir la plaquette sur les citernes à la rubrique téléchargement) et celle produite par l’usine de désalinisation de l’eau de mer et distribuée aux usagers par camion citerne.

Contacts : Chef de programmeWebmaster Haut de page Dernière mise à jour : 27 septembre, 2004
Ministère des DOM TOM