Gestion Durable de la Ressource en Eau des îles Loyauté
Localisation de l'eau à Ouvéa
Contexte Régional Carte Géologique Coupe Nord/Sud Carte Pédologique Localisation de la
Ressource
    Modèles 3D    

Ressources en eau de l'Ile d'Ouvéa.


 Réserves d’eau douces :

Suite à plusieurs reconnaissances conduites par le B.R.G.M. d’Orléans, les ressources en eau semblent exister en différents endroits d’Ouvéa :

Agrandir (190 Ko)

Carte hydrogéologique de l’île nord d’Ouvéa.

 Dans l’île du Nord deux champs aquifères ont été reconnus par prospection électrique et sondages, au niveau de la plaine côtière ;

Agrandir (190 Ko)

Emplacement de la lentille d'eau douce de Téoutat

     le premier a été identifié dans la zone de Téouta, tout à fait au nord de l’île, dans la plaine côtière qui s’étend au pied du plateau calcaire (5 m) contre le rempart de falaise. (voir la carte générale de l’île nord d’Ouvéa).

    Il s’agit d’une nappe d’extension limitée à la fois en superficie, 1 km de long par 700 m de large, et en profondeur (< 2 m).

    Agrandir (190 Ko)

    Emplacement de la lentille d'eau douce de wénéki

    le second, plus étendu à été reconnu aux environs de Wéniki, dans des formations superficielles tourbo-sableuses sur calcaire, dans des sols plus ou moins riches en matière organique (sols hydromorphes humif&egerave;res des pédologues) (voir la carte pédologique). La nappe y est sub-affleurante.

    Les courbes d’isovaleurs des mesures de résistivité (sondage électrique) dessinent une zone dépressionnaire dédoublée en forme de huit dont l’étranglement se situe un peu au nord de Wénéki. D’axe nord-nord-ouest, sud-sud-est, comme à Téoutat, son extension est plus importante; 1,5 à 2 km, environ. (sur le plan cartographique, la délimitation de la lentille correspond au tracé de la courbe isovaleur de la résistivité égale à 750 Ohm.cm ).

Les ressources utilisables sont assez limitées du fait de la présence d’une nappe d’eau saumâtre ou franchement salée en profondeur.

Ces lentilles sont fortement influencées par la marée, notamment celle de Wéniki, plus proche de la mer.

Dans la région de Saint Joseph et plus au nord, il existe aussi une zone de sols hydromorphes, située en arrière du cordon littoral. Cette formation s’étire sur plusieurs kilomètres de long et son extension latérale peut atteindre 500 m. Par place ces zones de sols hydromophes sont utilisées pour les cultures vivrières aquatiques (taraudières).

Agrandir (190 Ko)

Emplacement des ressources en eau douce de l'île sud d'Ouvéa

Dans l’île sud, deux autres champs aquifères ont été identifiés entre Fayaouéet Lekine. Ces nappes qui viennent à l’affleurement s’étendent au sein du cordon littoral sableux situé en arrière du trait de côte.

Les lentilles d’eau se trouvent au niveau du cordon littoral sableux et leur extension latérale est proportionnelle à celle de la formation sableuse elle-même.

Agrandir (190 Ko)

Emplacement des lentilles d'eau douce de Fayaoué

     A Fayaoué où le cordon littoral est étroit, l’extension de la nappe est restreinte ; 2,6 km de long et 230 m de large au maximum. La nappe est sub-affleurante et son épaisseur est encore inférieure à celle observée dans l’île du nord (< 2m).

    Agrandir (190 Ko)

    Emplacement de la lentille d'eau douce de Lékine

     A Lékine, plus au sud, les dimensions de la nappe reconnue sont plus importantes (3,6 km de long par 400 m de large). La puissance de la lame d’eau douce reste faible et le débit d’exploitation envisageable ne semble pas pouvoir dépasser 0,3 m³ /jour par forage

Une zone de sol hydromorphe humifère (constitué de tourbes et de sable argilo-tourbeux), voir la carte hydrogéologique sud recelant de l’eau douce, d’extension plus importante (10 km de long sur 1 km de largeur ), s’étend en arrière du cordon littoral sableux. Une partie de ces terrains est utilisée pour des cultures vivrière « aquatiques » (taraudières), notamment dans la région de Fayaoué.

La perméabilité de la formation sablo-tourbeuse est médiocre et l’exploitation de la nappe par pompage y serait difficile.

 Conclusions :

     Les ressources en eau de la partie nord d’Ouvéa pourraient être utilisées telles quelle pour des usages ménagers ou traités par un procédé de désalinisation (osmose inverse), sous réserve de l’implantation d’une douzaine de forages supplémentaire et de l’extension de la prospection vers Gossana.

     Les ressources d’eau douce qui existent entre Fayaoué et Lékine pourraient être exploitées par champ captant de pointes filtrantes et ou de tranchées drainantes.

     Les qualités organoleptiques de ces réserves ne sont pas très bonnes notamment dans la région de Lékine-Fayaoué et leur exploitation serait plutôt destinée à des usages ménager. (sans parler des risques de pollution liés à la présence de population et à l’activité humaine dans cette zone).

     Une production de 100 m³ / jour semble envisageable, avec des conditions pluviométriques normales, dans les zones le plus favorables, mais elle devrait faire l’objet d’une vigilance particulière afin d'éviter la contamination des sondages par la lame d’eau saline.

Bibliographie : GAGEONNET M, 1989 - Etude des ressources en eau souterraine des îles d’Ouvéa et de Tiga (Îles Loyauté). Rapport de fin de seconde phase, BRGM Orléans.

Contacts : Chef de programmeWebmaster Haut de page Dernière mise à jour : 18 octobre, 2004->
Ministère des DOM TOM