Gestion Durable de la Ressource en Eau des îles Loyauté
Tourisme
Les risques liés au tourisme dans les Îles Loyauté

« La vie c’est de l’eau. Si vous mollissez le creux de la main, vous la gardez. Si vous serrez les poings, vous la perdez ». Si l’on s’appuie de manière très basique sur cette réflexion de Jean Giono, la question de l’eau aux îles Loyauté, encore épargnée par tout impératif d’urgence, peut toutefois s’avérer un problème majeur pour les populations locales dans les années à venir. Il est donc nécessaire de connaître la quantité qu’il est raisonnable de puiser dans le « poing » et la qualité de cette eau nécessaire à la qualité de la vie.

Source : Latical U.S. 140 ESPACE / ADAGE Lifou 1999L’archipel des Loyauté se situe entre 19°45’ et 22°30’ de latitude Sud et 165°30’ et 168°50’ de longitude et s’étend sur 500 kilomètres de long à 300 kilomètres à l’Est de la Grande Terre néo-calédonienne. Le substratum des îles Loyauté est constitué de roches volcaniques sur lesquelles reposent différentes strates de calcaire issues de la décomposition corallienne, ces îles étant des atolls soulevés. Cette configuration karstique permet à l’eau de pluie de s’infiltrer rapidement dans le sous-sol puis d’y rester stockée sous la forme d’une lentille d’eau douce, posée sur l’eau de mer, plus dense, qui remplit tous les interstices du substrat calcaire couvrant le substratum volcanique de l’île tel que le représente le croquis ci-contre.

La population des îles est en majorité située le long du linéaire côtier, sur une largeur d’environ un kilomètre. L’habitat se concentre en plus d’une centaine de villages (Maré : 31 ; Lifou : 37 ; Ouvéa : 20), la plupart d’entre eux correspondant à une implantation missionnaire. Jusqu’au début des années 70, les citernes familiales approvisionnées par l’eau de pluie étaient l’unique mode de conservation l’eau. Depuis, le potentiel exceptionnel que représentent les nappes phréatiques de Maré et de Lifou a été mis en évidence et ces dernières constituent la principale ressource en eau de ces îles.

Ouvéa n’a pas la même configuration, l’île ne possède ni lentille d’eau douce ni réseau hydrographique de surface. En revanche, une usine de désalement permet d’alimenter les habitants de l’île en eau potable.

Contrairement aux craintes de la population locale, la ressource en eau sur les îles loyautés est abondante. Le programme ADAGE Lifou mené en 1999 par le laboratoire LATICAL de l’U.S. 140 Espace, en association avec la Province des Iles, la municipalité de Lifou, les autorités coutumières, l’Université de Nouvelle-Calédonie et ALCATEL l’a amplement confirmé. Le nouveau discours qui s’est construit sur ces résultats laisse apparaître la probabilité d’une jouissance de cet élément ad vitam eternam. Cependant, s’il est vrai qu’à l’heure actuelle la question de la quantité de cette ressource ne semble pas poser de problèmes, il en va tout à fait différemment en ce qui concerne la qualité de la lentille d’eau douce. L’infiltration rapide des eaux de surface entraîne ainsi en profondeur diverses substances présentes dans les horizons successifs du sol, susceptibles de polluer la nappe phréatique. Par ailleurs, celle-ci est particulièrement mince en zone littorale, comme l’ont démontré les relevés piézométriques effectués par le BRGM et sa filiale AD2EP et tout pompage intempestif peut conduire à une salinisation rapide de l’eau pompée.

La lentille d’eau douce aux Loyauté est donc une ressource fragile qu’il convient de gérer avec prudence. Or la croissance démographique et les mutations politiques et économiques de la Calédonie (David et al, 1999) induisent la réalisation de nombreux projets de développement et un accroissement de l’habitat, sources potentielles de pollution. Jusqu’à présent, la qualité et la quantité de la ressource en eau n’en a guère été affectée, mais il est impératif de déterminer les risques directs et indirects qu’occasionne la pression anthropique sur la lentille.

Le programme ADAGE Lifou s’était attaché à faire un état des lieux des connaissances sur la ressource en eau et de la mettre à disposition des acteurs locaux. Ce travail a permis de sensibiliser la population sur les risques liés à la ressource en eau. Risques notamment envisagés dans le cadre d’un développement démographique et économique. Le programme SAGE, lancé en 2002, élargit le champ d’action, envisagé dans le cadre du programme ADAGE, à l’ensemble des îles de l’archipel des Loyauté. Les partenariats engagés avec la Province des Iles, les municipalités, les autorités coutumières et L’UNC sont conservés et élargis à l’I.R.D. et l’université d’Orléans. Axé sur la question de la ressource en eau SAGE se veut un programme pluri-disciplinaire qui aboutira à la diffusion d’un Système d’Information en Environnement par le biais de l’outil Internet. Cet outil est donc une aide à la décision orientée notamment vers les acteurs du développement économique local.

L’activité touristique apparaît comme un élément prédominant dans la croissance économique des îles Loyauté. En effet, le tourisme est présenté comme « le nickel des Loyauté ». La Province des Iles grâce notamment au travail du service du tourisme et de la mer, tente avec dynamisme de développer, d’encadrer et d’orienter cette activité touristique.

Le travail que je me propose de mener dans ce mémoire s’inscrit dans l’axe « Géographie » du programme SAGE. La pression sur l’espace dans le contexte d’une croissance démographique et d’une volonté d’expansion des activités touristiques aux îles Loyauté, invite à se poser certaines questions liées notamment à la préservation de l’environnement. La lentille d’eau douce fait ainsi l’objet d’attentions toute particulières, dans la mesure où elle constitue l’interface directe entre l’homme utilisateur et son milieu ressource.

Dans le cadre du développement du tourisme aux îles Loyauté, comment minimiser le risque d’impacts négatifs sur l’environnement des îles Loyauté, notamment sur la lentille d’eau douce ? Quels peuvent être également, les effets d’un tel développement sur la société des îles ? Quelles sont les attentes de la population locale ? Quelles sont les réponses à apporter ?
Le tourisme, au même titre que de nombreuses autres activités économiques, constitue une source potentielle de pollution de la lentille d’eau. La qualité des équipements des structures d’hébergement, la politique globale d’orientation du tourisme, les comportements et perceptions des acteurs locaux par rapport à la ressource en eau doivent être analysés afin d’apporter un éclairage sur la situation. Les intentions et préoccupations de la population locale doivent également être étudiées afin d’observer les incidences du tourisme sur le tissu social de Lifou, Maré et Ouvéa. Cet éclairage doit permettre d’apporter une aide à la décision en matière de valorisation de l’activité touristique selon un objectif de développement durable.

Afin d’appréhender ces différentes questions, une méthode d’enquêtes, entretiens, doit permettre d’avancer l’aide à la décision. Il s’agit de déterminer quel type de tourisme se manifeste aux îles Loyauté. Afin de bien mesurer toutes les implications d’un tel problème il faut aller jusqu’à se demander s’il faut développer le tourisme.

Tout d’abord, identifier et analyser les différentes formes de tourisme qui se présentent aux îles Loyauté doit me permettre de déboucher ensuite, sur la caractérisation du risque lié au développement des activités touristique qui enfin, permettra d’analyser la perception qui en est faite ainsi que les sentiments des acteurs locaux concernant la ressource en eau. Ouvrir sur des propositions d’aide à la décision, ainsi que diffuser les informations recueillies grâce à l’outil Internet doit permettre d’avoir une interrelation étroite entre milieu naturel, hommes et machine.

Mémoire de recherche DEA ADEn de Stéphane Pulloch
3.28 Mo
Section 1
Le tourisme aux îles loyauté
1.33 Mo
Section 2 Caractérisation du risque
1.01 Mo
Section 3
La société des îles dans le développement
335 Ko
Conclusion
Conclusion
90 Ko
Contacts : Chef de programmeWebmaster Haut de page Dernière mise à jour : 16 août, 2004
Ministère des DOM TOM